L’histoire de Rouge XIII, par Rakam Croféroce | L'Ordre du Loup d'Argent [OLA]

L’histoire de Rouge XIII, par Rakam Croféroce

Rouge XIII étant très timide, ou plutôt méfiant, c’est moi, Rakam Croféroce, Gladiateur de profession, mercenaire pour la Orda Terribilis et ami de Rouge XIII, qui vait pour raconter son histoire.

Rakam

Un beau jour d’été, après un entraînement éprouvant, je me mis en route en direction de la province de Métrica ou devait avoir lieu un championnat de gladiateur d’un nouveau genre: défier un tout nouveau golem de combat expérimental pour tester sa valeur au combat. Le championnat semblait une rigolade (se battre contre un tas de ferraille, j’en ai vu d’autres…) et la récompense, alléchante…

Je marchais donc péniblement sous le soleil, me rapprochant lentement mais sûrement de ma destination, quand je me fis attaqué de manière inattendue par un groupe d’Asuras. Il faisaient visiblement partie de l’enqueste, au vu de leur tenues sombres et de leur regards plus malveillants que la moyenne, pour des asuras.

S’ils avaient été 10 ou 15, votre serviteur n’en aurait fait qu’une bouchée bien sur! Mais éreinté par la chaleur accablante, fatigué par mon entraînement et assaillis par une bonne cinquantaine (un charr n’exagère jamais!) de ces nuisibles mal fagotés et visiblement détenteurs d’une magie étrange…pour la première fois de ma vie, j’étais en train de perdre un combat…

Allongé sur le sol, alors qu’un de ces sales rats était en train de me ligoter comme un moa sur le point d’être rôti à la broche, je me disais que ça se présentait assez mal pour ma fourrure… Ne racontes t on pas dans les capitales que les asuras enlèvent des créatures de toutes races et, qu’une fois enlevés, plus personne ne les revoit jamais? Ne raconte pas dans les villages qu’ils font subir toutes sortes d’expérimentations et de tortures à leur captifs, et ce, jusqu’à ce que mort s’en suive? Ne racontes t on pas, dans les faubourgs malfamés de la citadelle, qu’une fois mort, ils vous ramènent à la vie par leur magie étrange, pour mieux vous faire souffrir à nouveau? Celà ne me disait rien qu’il vaille…et en plus, j’allais être en retard pour mon championnat!

Alors que je réfléchissait à un moyen de me sortir de ce guêpier, un charr que je n’avais encore jamais vu sorti brusquement des fourrés. C’était un charr au pelage roux comme une épée rouillée et il était entièrement nu. Pas la moindre pièce d’armure, ni même une arme (comment est-ce possible pour un charr?). Ses yeux et ses griffes, je veux dire ses pattes avant, étaient…comme en feu… Il avait un tel regard ampli de haine, que les asuras de l’enquête paraissaient être des enfants de coeur en face de lui…

Les asuras, stupéfaits, ou plutôt effrayés, restèrent quoi. Le charr roux se dressa de toute sa hauteur, toisant ainsi les asuras d’un bon mètre cinquante et leur dit[/i] “Lachez-le ou vous allez le regretter”… 5 asuras partirent sur le champs dans la direction opposée au charr, en hurlant.

A ce moment, un des asuras murmura quelque chose, mais je n’ai pas bien comprit quoi…Quelque chose à propos d’une expérience? Ou d’un cobaye?… Le charr effrayant, bien qu’a poil, était totalement immobile…et pourtant, quelque chose bougeait…Je veux dire, quelque chose dansait… Son pelage?…il y a quelque chose de bizarre avec son pelage…est-il en train de brûler?… Le soleil a du me taper trop fort sur la crinière pour que voie une chose pareille…

Face aux asuras tétanisés, le charr semblant venu de l’enfer dit “j’ai dit lâchez-le! Vous ne comprenez pas ou vous souhaitez tous finir carbonisés?”.Un des asura s’avança alors franchement, sûrement plus par orgueil que par réel courage, et répondit ceci, avec une voix quelque peut chevrotante:“Dis donc toi…tu ne serais pas le cobaye…euh..le N°13?…du labo interdit? Tu ferais bien de rentrer tout de…”.

Flame

L’asura n’eut pas le temps de finir sa phrase, il avait disparu dans un éclair…ou plutôt une espèce de lueur orangée… Ne restait plus à sa place, qu’un tout petit tas de cendre…et un morceau d’oreille. Le charr n’avait pas fait un mouvement… Comment celà est il possible? De la magie noire? Il semblait que la température ambiante avait subitement montée de quelques degrés en cet instant, déjà bien étouffant.

Rouge
Les autres asuras, ayant compris la petite démonstration, partirent à toute vitesse, dans la même direction que les 5 premiers asuras, qui s’étaient révélés plus avisés…Comment une créature avec de si petites pattes, et que 2 en plus, pouvait aller aussi vite?… J’étais toujours par terre, saucissonné comme une dolyak de bat, les pattes attachées dans le dos…devant ce…cet incinérateur d’asuras sur pattes…

Qu’allait-il faire de moi? M’immoler? Entre charrs, je suis sur que l’on peut trouver un terrain d’entente…

Il s’avança vers moi et s’agenouilla “Ca va l’ami? On dirait bien que je suis arrivé à temps! Si ils étaient parvenus a vous ramener dans leur laboratoire, ils….”. Il marqua un silence, les yeux, redevenus d’un orange plus normal, dans le lointain. ”Ne bougez pas, je vais vous détacher”, reprit-il. D’un coup de griffe, il sectionna les fines mais solides cordelettes qui liaient mes pattes avant et arrières.

Je frotta mes poignets qui me faisaient mal, brûlés par la cordelette, en me redressant. Je regarda un instant ce charr incroyable. Il était plus petit que moi en fait…moins impressionant qu’il y a quelques minutes auparavant bizarrement…“Merci” lui dis-je… “Effectivement, ca commençait à…sentir le roussit pour moi” avouais-je, toujours en me frottant les poignets. “Toujours moins roussit que cette petite raclure” me répondit il en me faisant un clin d’oeil et ce qui semblerait, un léger sourire de ses petits crocs luisants…

“Je m’appelle Rakam Croféroce” ajoutais-je. “Gladiateur et mercenaire pour la Orda Terribilis”…”et je suis…ton débiteur!”. Je m’inclina devant ce charr hors normes et nu. “Mon nom est…” il marqua un nouveau temps d’arrêt…”Rouge 13”. Il se tourna et pointa son cou d’une griffe. “ROUGE 13” était inscrit sur son cou. Enfin écrit…gravé? ou plutôt brûlé? Difficile à dire. L’avait t on marqué au fer, comme un boeuf d’élevage? Mais qu’est ce que c’était que ce charr marqué comme du bétail! Une coutume d’une tribu charr sauvage et lointaine?

Il me fit face à nouveau. “Enchanté Rouge XIII, et merci pour le….coup de patte?”, lui dis je.
Il rit. “si je peux faire quoique ce soit pour, disons, te rendre l’appareil, je suis ton charr!” je rajoutais
“Je…” balbutia t il. Comment ce petit charr roux et bredouillant, pouvait etre le meme que celui qui barrait la route à tous ces asuras quelques instants plus tôt?

“Peut-etre voudrais-tu des vêtements et un bon repas?” lui dis-je avec empressement afin de remplir le blanc dans la conversation…”je te dois bien ca près tout!”. “je connais justement une petite taverne…”commençais je…
”Est-elle tenue par des asuras?” me coupa t il
“Non” lui répondis-je. “je ne mange pas la nourriture infâme de ces petits rats. J’ai un ami charr, un compagnon de Fahrar, qui tient une petite gargote à une lieue d’ici…”
“ca me va alors” répondit-il.

Nous marchâmes donc en direction de cette auberge, les quelques passants que nous croisions, toutes races confondues, jetaient un regard interrogateur mais bref à mon nouvel ami, un charr roux qui se baladait nu sur un territoire asura…Tout en marchant, je lui demandait:

“Mais dis moi, Rouge XIII, il ne me semble pas t’avoir déjà croisé à la citadelle…je pense que je me souviendrai de toi si c’était le cas…”
Regardant droit devant, il dit “Je n’ai jamais mis une patte à la citadelle, je suis né ici, en territoire asura, enfin il me semble…”

Un charr né en territoires asuras? Comment était-ce possible? Aucun charr, même expatrié, ne ferait naitre sa progéniture ici…Trop risqué. Un bébé charr est si facilement transportable, même pour un asura…

“En fait, je ne me souviens pas de mes parents. Ni de mes frères et soeurs” dit-il en regardant le sol devant lui.
“Tout ce dont je me rappelle, c’est de m’être réveillé un jour sur un sol glacé dans un endroit sombre. C’était…” nouveau temps d’arrêt. “…un laboratoire asura semble t il, au vu des instruments et des matériaux qui y traînaient”.

Rouge 2

 

Interloqué, je lui demanda ”et c’était il y a longtemps?”
“15 jours, ou peut être 3 semaines, tout au plus…”
“Et tu ne te souviens pas de ce qui s’est passé avant? Ou tu as vécu? Ou tu as grandis? Ce que tu as fait? Tes amis? Ton fahrar? Ta troupe, par Rytlock, tu as bien une troupe quelque part?”
“Non. Rien” “Juste ce laboratoire désert, des cages vides, des tubes à essais brisés sur le sol…ouch ma tête”
Il se frotta la tempe de sa patte droite et s’arrêta…
“Tout va bien?” lui demandais je…”tu as sans doute un léger…coup de chaud?”
“Non ca va…J’ai juste très mal à la tête chaque fois que je…enfin…à chaque fois que je m’énerve…”.
Il se remit à marcher. Moi également.
“Vu ce que ca donne quand tu t’énerves, c’est pas étonnant” dis-je avec une certaine ironie, et une pensée fugace à l’asura qui avait grillé net devant ma truffe…
Nous marchâmes en silence quelques minutes…
Puis il demanda:
“Dis-moi, Rakam, la troupe pour laquelle tu travailles…”
“La Orda Terribilis?”
“Oui. Est-ce que…est-ce qu’elle recrute en ce moment? Tu crois que…je pourrai postuler? Parce que, je ne sais pas trop ou aller ni que faire… Je me dis que la mémoire me reviendra peut être, et que, cela risque de prendre du temps…”
“N’en dis pas plus! Je demande à mon ami de la taverne de te passer des vêtements, je gagne mon petit championnat vite fait et ensuite je vais te présenter à notre Tribun à la citadelle! Tu verras, elle est cool. Terrible, mais cool”. Après un instant, j’ajouta “je suis sure qu’elle te trouvera une utilité…”

A suivre…

 

Leave a comment

Aller à la barre d’outils